Blog - Potager fleuri et Compagnie

Depuis mars, beaucoup d’eau est passée sous les ponts. Le potager a bien évolué, la récolte est bonne cette année mais dépassera-t-elle le record de 2016 qui était de 85 kg ?

Comme chaque année, je n’arrive pas encore à anticiper assez pour occuper le sol de la butte de façon optimale. Cela nécessiterait de semer régulièrement salades et autres potagères afin de les installer dans les espaces qui se libèrent au fur et à mesure.

En terme de récoltes à venir, il reste encore quelques haricots mangetout, des courgettes rondes de Nice, des haricots secs en cours de maturation, des poivrons qui n’en finissent pas de mûrir, les courges butternut dont le pédicule prend son temps pour sécher, signe qu’il sera temps de le cueillir… Ici tout n’est que Luxe, Calme et Patience… et surtout un grand bonheur et une contemplation admirative de Dame Nature qui suit son rythme immuable au fil des saisons.

Pour les plantations d’automne j’ai préparé quelques semis. Certaines plantes devraient être semées directement en terre mais les limaces n’en feraient qu’une bouchée !

Chou Kale, Épinard, Laitue à couper, Persil, Radis, Mâche…

J’ai aussi élaboré le plan des plantations d’automne avec quelques légumes à consommer et des engrais verts bien sûr ainsi que le plan de 2018, les deux étant liés. Je les « mets au propre » et les partagerai avec vous dans ce blog.

À très bientôt !

11 mars 2017 : Les terrines sont prêtes à recevoir les graines. Terreau spécial semis… bien humide. Positionnées devant le radiateur pour que la température monte, monte, monte… Attention à vos semis : ne pas les arroser avec une eau glacée. Utiliser de l’eau à température ambiante. Le terreau ne doit pas être détrempé non plus. Sinon, risque de pourriture. 

Suite demain pour l’installation des graines ! 

J’adore ce moment ! Belle journée pour le retour au jardin.

J’ai vu que la mâche commençait à faire des tiges pour fleurir et faire ses graines. Cure de mâche en perspective ! 🙂

12 mars 2017 : Semis en terrine de salades et autres laitues à couper, avant de recouvrir les graines de terre..

Semis de Tomates avant de recouvrir les graines. Je pense qu’il y en aura pour tout le monde ! 🙂

Mes tomates n’ont pas encore sorti la tête… Les piments doux non plus. Je les garde à l’intérieur. 

La semaine dernière j’ai profité de belles journées ensoleillées pour mettre les terrines dehors dans ma serre-étagère. 

Les premiers semis à lever : salades, choux, quinoa !

J’ai sorti les terrines contenant les salades, choux et le quino, un jour ensoleillé et je ne les ai pas rentrés le soir. Il ont la lumière du jour, du lever au coucher du soleil et la différence de températures jour/nuit. Ils vont pousser à leur rythme. 

Il se trouve que dans la terrine du quinoa j’ai aussi semé des piments doux (poivrons) et piments d’Espelette. Erreur ! Le quinoa germe très vite contrairement aux graines de piments. Du coup les graines de piment pas encore germées se trouvent à l’extérieur alors que les journées sont encore fraîches.

J’ai également semé des graines de piments en godet à raison de 3 à 5 graines par pot.  Je garde précieusement les pots à l’intérieur jusqu’à la germination.

Pour les tomates, je vais essayer de les garder à l’intérieur jusqu’aux premières feuilles mais elles risquent de manquer de lumière… Tout dépendra de ce que j’observerai… 

Quand les semis sortent la tête de la terre, pour éviter qu’ils filent, s’étiolent et meurent…. je les mets dehors dans ma serre-étagère. Ils bénéficient de la fraîcheur qui les laisse pousser à un rythme naturel et assez de lumière pour créer de la matière végétale et devenir robuste.

Quand il fait frais et gris, je laisse la serre fermée pour les protéger d’un éventuel vent froid, et quand la météo prévoit du soleil, je la laisse ouverte sinon les plantes risquent de cuire. On atteint vite 40 degrés si ce n’est plus, en plein soleil !

Le Printemps… ma saison préférée quand la nature se réveille !

Les jonquilles, lumineuses surtout quand le ciel est encore gris.

Et cette petite bleue, plante à bulbe dont je ne connais pas encore le nom. Je l’ai rapportée des alpes et elle se plait bien dans mon petit jardin urbain en ile de France.

[Nouvelle Fiche] Côté Potager, je vous invite à découvrir la nouvelle fiche sur La Tomate !

Ici les semis de Tomates sont faits. Il est encore temps si vous ne les avez pas dejà semé. 

Belle saison à vous !

L’année dernière, j’ai beaucoup anticipé pour démarrer mes semis, avant le printemps. Ils étaient au chaud, à l’intérieur car je n’ai pas de serre chauffée. Et les graines ont germé très correctement. Après cette première pousse, je mettais les terrines dehors le jour dans la serre étagère et je les rentrais la nuit. Quel traffic !

Quand les plantules furent assez robustes, je les laissais dehors dans la serre-étagère la nuit aussi à condition que la météo ne prévoit pas de gelée nocturne.

Et il y a eu la météo que vous savez. 2016… Pluvieux jusqu’à mi juin. Une catastrophe ! Les tomates, que je n’ai pas osé mettre en terre, ont bien grandi au début. Comme je tardais à les repiquer (les mettre en terre) à cause du froid et de l’humidité, les pieds ont végété et sont devenus malingres… J’ai dû en ressemer en catastrophe ! Du coup j’ai planté mes pieds de tomates bien tard l’an passé. Cette année j’ai decidé de ne pas me precipiter et d’accepter, qu’en Ile de France, le climat soit parfois ainsi. Je sais que 2016 fût l’horreur sur une grande partie du teritoire français mais je suis encore troublée.

Nous sommes le 28 février et je n’ai encore rien semé cette année. Les semis ce sera en mars !

Il y a quand même de la vie au potager !

J’ai de la mâche délicieuse, et en quantité, qui s’est ressemée toute seule.

Mâche heureuse ! Ressemée toute seule !

J’ai murmuré à l’oreille de la mâche…

Des bettes à couper de l’an passé qui continuent à pousser et que je pourrai récolter en mars.

Bettes à couper (Poirée)

Des blettes à cardes semées à l’automne qui grandissent bien aussi.

Bettes à Cardes

Du cresson de terre en super forme.

Cresson de terre

L’oseille et les oignons rocambole qui ressortent de terre.

Les choux Kale reprennent force et vigueur. En mars les feuilles auront assez grandi pour commencer à les consommer.

Chou Kale

Et les engrais verts sont en super forme, surtout ceux plantés en août.

Engrais vert semé en août 2016 (Cresson en 1er plan)

Ceux que j’ai semé à l’automne sont moins développés. Je les raserai un mois avant les cultures que je compte mettre à leur place.

Engrais vert semé en octobre 2016 (Blé)

Engrais vert semé en octobre 2016 (Féverole)

Et quelques sauvages que je regarde pousser avec amour…

??? Vous la reconnaissez ?

Je dois faire mon plan de semis et culture, surtout en terme de calendrier car pour les emplacements j’ai déjà dessiné les grandes lignes.

En novembre le potager produit encore en Ile de France.

Petit potiron cueilli avant qu’il ne soit orange

Le potiron n’a pas eu le temps d’orangir ! 😉 Mais il est mignon tout plein. Pour l’heure il décore la cuisine et nous  patienterons avant de le savourer !

La mâche grandit et sera bientôt prête à rejoindre nos assiettes !

Les bettes à couper reprennent leur croissance après la dernière récolte. Elles grandissent lentement mais je ne désespère pas d’en cueillir encore avant la fin de l’année.

Vue du potager avant le grand ménage d’automne

Les poireaux perpetuels sont en pleine croissance aussi. Les plus gros feront des poireaux vinaigrette et les plus petits rejoindront d’autres légumes pour parfumer les potages. Je précise que les plus gros poireaux perpétuels, dans mon potager, font environ 1,5 cm… Ils sont encore jeunes.

Vue du potager après grand ménage d’automne

J’ai coupé à raz les pieds de maïs, laissé les racines en terre et decoupé le « vert » en petits bouts laissés sur le potager pour nourrir la terre. J’ai fait de même avec les haricots à rames qui etaient fanés.

Et l’engrais vert suis son bobhomme de chemin. Je récupère les graines des céréales au fur et à mesure et les laisse pousser à leur guise. Si le froid ne les anéantit pas, ils seront coupés en petits tronçons au printemps prochain.

Vous remarquerez que la terre est recouverte sur toute la surface de la butte. Une partie est couverte d’engrais verts qui travaillent le sol en bonne intelligence (si si !) avec les vers de terre. L’autre partie est recouverte de « dechets » verts et bruns.

Et vous ? Que faites-vous au potager, sur votre balcon ou rebord de fenêtre en novembre ?

Les champignons sont un signe de bonne santé du sol. La plus grande partie n’est pas visible puisqu’elle vit dans la couche supérieure de la terre car ils ont besoin d’oxygène pour vivre.

Ce que l’on voit en surface est une petite partie de leur organisme.

Les champignons sont les seuls capables de digérer la lignine présente dans les végétaux et notamment le bois. Ils sont les premiers à intervenir pour décomposer les matières organiques dans la nature et sont particulièrement actifs à l’automne. Les voir pousser me ravit… Vous comprenez 🙂

Certains sont comestibles, d’autres pas mais ils sont tous utiles à la bonne santé du sol. Les champignons se chargent de la première étape de dégradation des végétaux morts, ils sont aussi des médicaments précieux pour les plantes. Ils sont donc source de nourriture et de traitement pour les végétaux.

Ce Ficus bonsaï a passé tout l’été dehors. Maintenant il est à intérieur. A son pieds des champignons sortent de terre ces jours-ci, début novembre 2026.

Champignon sur la butte « perma ». Les champignons travaillent pour laisser place à des nutriments très utiles pour les bactéries qui prendront le relais, particulièrement au printemps.

Champignon qui pousse au milieu des bleuets de Montagne. La bouture que j’ai rapportée de Haute-Savoie s’épanouie et fleurit chaque année. On aperçoit ses jeunes feuilles.

Et celui-ci ? Champignon qui pousse sur la butte « perma » au pied d’ une pimprenelle, sauvagement bonne ! La feuille de pimprenelle est riche en vitamine C et elle a le goût du concombre.

Et vous ? Avez-vous des champignons dans vos jardins, balcons ou rebords de fenêtres ? Et à l’intérieur ?

Ce week-end , c’est l’été indien à Paris ! Profitons-en avant que l’automne ne s’installe vraiment.

Un centaine de fermes d’Ile de France ouvrent leur portes pendant 2 jours !

Je vous invite à visiter le site de la Balade du Goût, où vous trouverez toutes les informations pour vivre pleinement cette 20ème édition !

Cela se passe ce week-end : samedi 15 et dimanche 16 octobre 2016.

L’automne est là et les températures plus fraiches nous le rappelle bien.Pourtant il est encore de belles couleurs au jardin. Comme ce superbe papillon, un peu fatigué, peut-être, qui est venu faire une pause au bout de mon doigt.

La cétoine, beau coléoptère vert metallisé, fait aussi une petite pause sur une feuille de tomate.

Les journées raccourcissent à vue d’oeil et on sent bien que la vie ralentit au jardin…

Excepté les abeilles qui buttinent tous azimuts les fleurs de lierre récemment épanouies. J’aime beaucoup cette abeille qui porte sa petite pelote de polen sur la patte et qui partage son repas avec cette jolie punaise.

Si vous pouviez voir avec quelle énergie les abeilles passent de fleur en fleur !… Je ne connais pas le stratagème utilisé par le lierre mais c’est efficace ! Elles ne savent plus où donner de la tête.

Début août, j’ai planté des engrais verts : vesces, pois, trèfle incarnat, blé, orge, avoine. Etant donné la sècheresse, j’ai arrosé régulièrement mes semis et surveillé les limaces pour qu’elles ne dévorent pas tout et me laisse ma part. Quand la terre est sèche l’été et que l’on arrose un endroit, vous pouvez être certain que toutes les familles de limaces se passent le mot « repas tendre et savoureux avec rosée à volonté ! »

Je suis très contente du résultat. Je ne sais pas si les six plantes poussent bien car les céréales  se ressemblent toutes. Je pourrai le savoir quand les épis seront formés. Ce que j’observe c’est que les 3 légumineuses sont bien présentes, l’orge aussi. Pour le blé et l’avoine, il faut attendre encore. Pour l’instant, rien ne me permet de confirmer qu’ils ont bien poussé.

Le plus joli épis d’orge aujourd’hui. Très fière de lui !

C’est l’automne et les lombrics (vers de terre) refont surface, la nuit, à mon grand soulagement. On peut voir sur la photo des turricules, trace de leur passage. En juillet/août ils avaient complètement disparu et je me faisais un sang d’encre. Je fais tout pour avoir un sol vivant et leur présence au jardin est essentielle. Ils creusent des galeries, remontent de la terre très riche des profondeurs, emportent des déchets verts pour se nourrir au fond de leurs galeries. Je ne les voyais plus du tout et pensais qu’ils étaient morts à cause de la chaleur et la sécheresse. Non ! En fait ils disparaissent pendant l’été et reviennent quand le climat leur est plus favorable. Oufffff…

Fin septembre, j’ai planté d’autres engrais verts sur des espaces libérés aprés la récolte des derniers légumes plantés à ces endroits. J’ai semé deux sortes de blés et des féveroles. Pour éviter que les oiseaux ne viennent picorer les graines, j’ai recouvert d’une fine couche d’herbes coupées. Et il semblerait que cela fonctionne.

Pour éviter d’avoir des rassemblements de limaces autour de mes nouveaux semis d’engrais verts, j’ai decidé de ne pas arroser pour ne pas les attirer. La première pluie arrosera tout et les limaces seront réparties de façon plus homogène sur l’ensemble du portager. Mes semis aurons alors une chance de pousser, ni vu ni connu.

Et ça marche ! Vous les voyez les petites pousses toutes tendres ?

Du côté des engrais verts plantés début août ça pousse ! L’orge a même de jolis épis…

Sur un autre coin de la butte, hier j’ai planté 2 sortes de blés, de l’orge et des féveroles. Je n’ai pas arrosé. Je vais laisser Dame Nature faire. A suivre…

La tomate est cueillie mais pour le potiron, j’espère qu’il daignera changer de couleur…

Tomate Liguria de 488 g

le potiron grossit mais il prend son temps. Changera-t-il de couleur ?

L’automne c’est aussi la récolte de graines…

Concombre Lemon : Fruit et fleur

Graines de Concombre Lemon

Et côté récolte ? Premiers maïs récoltés.

Je soupçonne celui du dessous de ne pas avoir été complètement pollinisé à moins qu’il ait manqué d’eau… Je vais me renseigner.

Je ne vous ai pas dit ?

Une bande de piafs, mignons tout plein mais très gourmands, font des « Graines Parties » dans mon potager et boutures alentours…. Ils ont picoré des feuilles de plantes succulentes que j’avais bouturées et je les ai retrouvées par terre, éparpillées un peu partout !

Pareil avec les graines de Coriandre. J’en retrouve sur le balcon, le rebord de fenêtre de l’autre côté de la maison et même sur une feuille du kumquat qui n’a rien demandé.

Vous allez voir que la coriandre que j’ai du mal à faire pousser va se retrouver partout dans le jardin.

Visiblement les feuilles de succulentes et les graines de coriandre ne leur plaisent pas. Ils ne devaient pas savoir… Ce sont probablement des jeunes. Ils ont tout à apprendre. Ah ces jeunes… 😉

Du coup je profite qu’ils l’ont déterré pour vous montrer la petite pousse sur la feuille de succulente. Elle est retourné directement dans son pot ! Non mais !

L’été est arrivé bien tard cette année et il semble vouloir durer un peu plus que d’habitude.

Un début d’automne très ensoleillé et très fleuri ! Je ne me rappelle pas si c’est le cas chaque année !

Le blanc à l’honneur ! J’ai pris cette photo de Cosmos blancs dans le Potager du domaine de Saint Jean de Beauregard. J’aime y flâner lors des journées aux plantes de printemps et d’automne. C’est l’endroit idéal pour dénicher des nouveautés et autres curiosités. On y trouve des plantes rares et anciennes.

Cosmos au Potager de Saint Jean de Beauregard

Fleur de menthe et sa visiteuse butineuse dans mon petit jardin. Cette année, j’ai laissé fleurir le pied de menthe et il semble que la floraison va durer longtemps, longtemps…

J’ai oublié son nom… Dés que je retrouve je viens l’ajouter. Promis !

Achillée

Et ma couleur préférée : le violet !

Ipomée

Campanule

Hysope officinale

Bel automne à vous !

Un arbre à lire dans le parc de la Maison de Châteaubriant dans la Vallée-aux-Loups (Hauts-de-Seine)… Le rêve !

Des niches ont été aménagées dans le tronc de ce chêne afin d’y déposer et de récupérer les ouvrages.

C’est le «Bookcrossing», mode qui consiste à emporter un livre pour le lire, puis le déposer ailleurs pour lui donner une nouvelle vie.

A vos marque-pages !

En face du Parc de la maison de Châteaubriant, se trouve l’entrée d’un jardin remarquable : L’arboretum !

Des essences rares, une collection de bonsaïs d’un autre temps, un petit bijou de jardin !

La collection de Bonsaïs de Remy Samson à l’Arboretum de Chatenay Malabry : de pures merveilles !

Une forêt de sapins que l’on pourrait presque emporter sous le bras…

Un petit bijou rose posé au coeur de cet écrin de verdure. Un ravissement pour les yeux !

Si quelqu’un connaît le nom de cet arbre, je suis preneuse. Laissez-moi un commentaire ! Merci 🙂

Petites pommes du cèdre pleureur qui n’en finit pas de s’épancher…

Petite retardataire qui profite des derniers rayons de soleil de cet été indien 2016 !

Pyrale du Buis : pièges à phéromones posés à l’Arboretum de Chatenay-Malabry pour lutter contre ce ravageur tout en préservant la Nature. Quelle bonne idée !